Le site sciencesetavenir.fr a publié un article sur son site consultable ici

Cet article passionnant s'intéresse aux garanties apportées par les mentions du type "étiquette "non testés sur les animaux" que l'on trouve désormais dans les rayons des magasins.

Souvenez-vous, en 2013, l'Union européenne a interdit les tests sur les animaux dans le secteur de l'industrie cosmétique. Pourtant, cette législation en apparence louable comporte des zones d'ombre. Tout d'abord, il faut savoir que cette directive interdit les tests sur des animaux mais uniquement pour les ingrédients utilisés exclusivement par l'industrie cosmétique. Donc tous les ingrédients utilisés dans d'autres types de produits (produits d'entretien, produits chimiques divers, produits pharmaceutiques, produits agroalimentaires...) peuvent toujours faire l'objet de tests sur animaux. Cela concerne la majorité des ingrédients de produits cosmétiques (conservateurs, polymères, parfums, solvants, colorants de synthèse...). De plus, des ingrédients purement cosmétiques peuvent être testés sur des animaux afin de garantir la sécurité des employés qui peuvent être exposés au cours du processus de fabrication.

En fin de compte, il faut savoir que cela représente environ 90 % des ingrédients.  

Où en est la recherche de méthodes alternatives ?

Les fabricant investissent malgré tout dans les méthodes alternatives aux tests sur les animaux. Il en existe déjà de nombreuses, notamment pour évaluer les risques d'irritation, de corrosion et de sensibilisation de la peau et de l'oeil. Mais les test destinés à évaluer la toxicité sont beaucoup plus difficiles à mettre en oeuvre. Les spécialistes estiment qu'il faudra à 'industrie encore plusieurs décennies pour se passer totalement des tests sur animaux.

Les test sur les animaux, même pour les produits cosmétiques, sont donc loin d'être abolis. Alors pensez à privilégier les cosmétiques non testés sur animaux bénéficiant d'un label reconnu.