Depuis le 30 juin 2014, La Chine a enfin cessé d'exiger la réalisation de tests sur animaux pour les cosmétiques « ordinaires ». La Chine était l'un des derniers pays à rendre obligatoire les tests sur les animaux avant la commercialisation de tout cosmétique. Désormais, les cosmétiques "ordinaires" tels que les savons, shampooings, soins pour la peau pourront être testés au moyen de méthodes alternatives.

Mais cette nouvelles réglementation trouve très vite ses limites. En effet, cet assouplissement ne s'applique pas aux produits importés ni aux cosmétiques à usage spécial, tels que les écrans solaires ou les colorants capillaires. Cela ne changera donc rien pour les marques qui ne fabriquent pas en Chine. Cela reste toutefois un signal très encourageant. « C'est un début important », a déclaré Troy Seidle, directeur de la recherche et de la toxicologie de l'association « Humane Society International », l'une des ONG initiatrice de la campagne « Soyez Sans Cruauté » en Chine, qui estime que cela permettra d'épargner plus de 300 000 lapins, cobayes, souris et autres animaux utilisés pour tester des cosmétiques chaque année.

Depuis 2012, la Chine avait durci sa législation, obligeant tous les fabricants à tester leur cosmétiques sur les anilaux avant de vendre sur le marché Chinois. Certaines marques réputées pour leur engagement contre la cruauté envers les animaux s'étaient alors résolues à pratiquer ces tests pour ne pas perdre des parts de marché.

Les produits importés n'étant pas (encore) concernés par cet assouplissement, cela ne changera donc pas grand chose dan l'immédiat mais il faut voir le bon côté des choses : il s'agit quand même d'une grande avancée.